Ma carrière chez ADHAP – N°9

23 Mai 2022

Kevin a 27 ans. Après avoir travaillé dans différents domaines, il revient à ses
« premières amours » : aider les plus fragiles.

« Un métier épanouissant »

Kevin travaille au centre ADHAP de Valence depuis 3 ans. Après avoir obtenu son BEP Carrière Sanitaire et Sociale et son bac pro Service de Proximité et Vie Locale, il a travaillé dans des domaines très différents (montage de chapiteaux, maroquinerie…). « Et puis un jour, j’ai tout plaqué pour faire un métier que j’aime vraiment. Ce qui m’anime le plus et depuis bien longtemps, c’est d’aider les autres »

Aider et protéger

Je voulais être gendarme. J’ai passé le concours, mais il semblerait que là n’était pas ma voie. J’étais attendu ailleurs… J’ai commencé chez ADHAP comme auxiliaire de vie, puis au bout de 9 mois, le centre a eu besoin d’un animateur. J’ai accepté le poste avec joie. Je continue d’aller chez les bénéficiaires (c’est fondamental pour moi), et dans mon planning, j’ai aussi des heures d’animation (contrôles hebdomadaires, entretiens avec les équipes…).

S’épanouir dans son métier

Ce que j’aime le plus, c’est le contact humain. On donne certes beaucoup mais les bénéficiaires nous le rendent bien. Leur sourire est un vrai cadeau ! Je crois que j’aide en écoutant, en les aidant à faire certains gestes, en les encourageant, les motivant, en leur préparant un bon repas. Messieurs, n’ayez pas peur de venir travailler dans ce domaine. Il suffit d’avoir le sens de l’autre. Et les filles ne mordent pas !

Découvrez nos actualités

Tous les articles

Adhap revient sur les ondes pour parler de recrutement. Ainsi, les auditeurs de NRJ et Chérie FM ont le plaisir de découvrir le spot radio du leader de l’aide à domicile .

Éric travaille chez ADHAP depuis mai 2020 dans le centre de Villeneuve-Tolosane (en Haute-Garonne). Après avoir travaillé pendant de nombreuses années dans le domaine du commerce, il sent le besoin de travailler au cœur des relations humaines, au service des plus fragiles. Il nous livre son parcours.

La garde active pour maintenir le lien social