L’évaluation des besoins, la coordination, la formation, la médiation, la réassurance… sont quelques-unes des missions portées quotidiennement par les infirmières et les infirmiers des centres ADHAP.

Un rôle « pilier », fort, porteur de sens, apprécié par les équipes, les bénéficiaires et les aidants.


Armelle est infirmière coordinatrice au centre d’ADHAP d’Auxerre depuis sa création il y a 3 ans.
Elle a travaillé 18 ans au centre hospitalier d’Auxerre. Elle nous explique son choix.

 » C’est un métier passionnant ! J’apprends tous les jours  »

31042398_Armelle-BAILLAT-infirmière-coordinatrice-Adhap-Services Série : Ma carrière chez ADHAP – n°2
Armelle BAILLAT infirmière coordinatrice

Une ouverture vers l’extérieur

À l’hôpital mon métier était devenu très technique. J’avais envie d’autre chose. J’ai eu l’opportunité de faire partie de l’équipe qui a lancé le centre à Auxerre et j’ai très vite compris que cela me correspondait. Pour ce poste il fallait avoir le sens des responsabilités, être ouvert au monde, aimer le contact et créer du lien social. J’aime intervenir à domicile. Cela ouvre vers l’extérieur. J’apprends beaucoup en rencontrant les intervenants externes : les médecins traitants, les kinés, les podologues, les infirmières libérales, les assistantes sociales… Et puis on apporte de l’aide à tous, sans distinction

La personne au centre des interventions

Le concept ADHAP m’a séduite. C’est cadré, avec des supports écrits, des contrôles qualité, des protocoles très rigoureux comme en milieu hospitalier. Notre façon de travailler me correspond.
J’aime que la personne soit au centre des interventions. Etre rigoureux est indispensable quand on a en charge des personnes fragilisées et c’est gratifiant de voir que le travail que l’on fait en équipe fait avancer les choses, aide la personne à rester chez elle.

Un soutien pour l’équipe

Pour l’équipe, la présence d’une infirmière est une sécurité. C’est aussi la possibilité d’avoir une personne référente, rapidement disponible. Je peux répondre aux questions, régler différentes problématiques rencontrées au quotidien. Quand il y a un souci, on en parle ensemble.

Une sécurité pour les aidés et leurs proches

Je m’occupe aussi des rendez-vous d’évaluation. C’est capital d’aller chez les personnes, de les voir dans leur cadre de vie pour bien évaluer leurs besoins, leurs attentes. On prend le temps, on discute, souvent en présence des proches. La présence d’une infirmière est sécurisante. Je leur explique ma fonction et je fais un recueil de données. Je suis une habituée de cela. C’est précieux pour bien cerner les attentes et répondre au plus près des besoins, des envies de la personne et de son entourage.

L’importance d’un regard extérieur

Je m’occupe également de ce que l’on appelle les contrôles à domicile. Je n’aime pas tellement ce mot de « contrôle » car il est parfois mal compris. En réalité, c’est le fait de poser un regard extérieur, global sur la prestation pour voir tout ce qui peut encore être amélioré tant pour l’intervenant que pour le bénéficiaire (l’organisation, l’ergonomie, la sécurité de chacun…).