A l’occasion de la Journée Mondiale contre la maltraitance des personnes âgées, il est utile de rappeler que celle-ci peut prendre différentes formes : maltraitance physique, maltraitance psychologique, maltraitance financière… Elle n’est pas nécessairement volontaire et peut être liée à une situation d’épuisement, à de la négligence ou à un manque d’information. En formant ses collaborateurs, ADHAP s’engage en faveur de la bientraitance de nos aînés.

Le respect de la dignité des personnes fragilisées, c’est la bientraitance. A l’inverse, ne pas respecter cette dignité, c’est de la maltraitance.

Complicité-int-1 La bientraitance des personnes âgées : un combat de chaque jour

ADHAP agit au quotidien contre la maltraitance

En rejoignant nos équipes, les intervenants ADHAP s’engagent à mettre en pratique nos valeurs d’écoute, de disponibilité, de vigilance et de respect des personnes. Ainsi, chacun veille jour après jour au bien-être de nos bénéficiaires. Nous formons nos intervenants à la prévention et au repérage des éventuels cas de maltraitance. Pour éviter à ces actes contraires à la dignité, les intervenants à domicile ADHAP peuvent compter sur le soutien des équipes d’encadrement dans leurs démarches.

 

Pour une approche bien-traitante

Depuis plusieurs années maintenant, ADHAP a initié une démarche de formation « bientraitance » auprès de ses équipes. Ce sont ainsi 100 référents « Bientraitance » qui ont été formés au sein du réseau. Leur mission est de former à leur tour les intervenants à domicile, de les accompagner afin d’améliorer la qualité de vie et de favoriser le bien-être et l’épanouissement de la personne aidée comme de l’aidant familial.

 


Témoin ou victime de maltraitance ?

 

Complicité-int-1 La bientraitance des personnes âgées : un combat de chaque jourToute personne témoin d’un acte de maltraitance doit le signaler. La non-dénonciation d’une maltraitance peut être punie de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000€ d’amende. Pour savoir quel est l’interlocuteur le plus pertinent ou pour toute autre question sur le signalement d’un acte de maltraitance, appeler le 3977.

 

25 000 c’est le nombre d’appels enregistrés en 2019 par la plateforme d’alerte sur les risques de maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés.